Salmon

Le casse-tête des poux de mer et de leur impact considérable sur la salmoniculture


L'élevage de saumon est un secteur très lucratif. En fournissant ce qui est devenu l'une des protéines les plus prisées au monde, le secteur...
En savoir plus

Plastic crisis ocean

Comment le secteur des produits de la mer s’attaque-t-il à la crise du plastique ?


Bien que la pandémie de COVID-19 continue à accaparer nos pensées et actions immédiates, la pollution plastique était, encore récemment, le...
En savoir plus

Korean snow crab

Le géant coréen au goût sucré issu des profondeurs


Le crabe des neiges occupe une place très spéciale dans la culture coréenne. Appelé localement « daegae », ce qui signifie littéralement...
En savoir plus


Modified salmon

Tout sur le saumon OGM 3 minutes

  Oct 22, 2020

Compte tenu de l’incroyable succès commercial qu’a rencontré le saumon Atlantique d’élevage aux quatre coins du monde, on a du mal à croire que ce secteur de la production alimentaire n’ait pas percé avant les années 1970. Bien qu’au départ, sa réussite commerciale ait été grandement attribuable à la pénurie de saumons Atlantique sauvages, les entreprises salmonicoles ont véritablement fait de ce poisson un produit de consommation mondialement très prisé, et ce grâce à des techniques de production toujours plus sophistiquées

Les progrès de l’élevage de saumons doivent également beaucoup aux avancées génétiques réalisées sur les poissons eux-mêmes. Améliorer des caractéristiques importantes sur le plan économique, tels que les taux de croissance, la qualité des filets et la résistance aux maladies, a été au cœur des programmes d’élevage du secteur tout entier. À ce titre, la grande majorité des saumons actuellement produits dans le monde peuvent être considérés comme des stocks hybrides.

À cela viennent également s’ajouter des entreprises qui voient un fort potentiel commercial pour le saumon génétiquement modifié ou OGM. Il s’agit essentiellement de poissons qui sont modifiés pour grandir rapidement et atteindre ainsi la taille commerciale bien plus tôt que le saumon classique. La manipulation génétique permet également une croissance des poissons tout au long de l’année, plutôt que limitée au printemps et à l’été, ainsi qu’une amélioration de leur taux de conversion alimentaire ou, autrement dit, de l’efficacité avec laquelle le poisson transforme son alimentation en protéines comestibles pour l’homme.

Salmon knife

TRANSGENÈSE

Comme la plupart d’entre nous le savent, les aliments OGM sont un sujet brûlant,  souvent controversé. Leurs partisans s’appuient sur leur capacité à contribuer à nourrir une population mondiale qui, d’ici 30 ans, comptera 2 milliards d’habitants supplémentaires, pour atteindre un total de 9,7 milliards d’individus, tandis que certains de leurs détracteurs ont nommé ces produits des « Frankenfoods » (aliments Frankenstein), en se demandant s’ils étaient sûrs pour la consommation humaine et s’ils n’allaient pas finir par avoir un effet préjudiciable sur les espèces indigènes et leur environnement.

Bien entendu, le procédé consistant à modifier les plantes et les animaux que nous consommons, tout en les améliorant, n’est pas nouveau. On a recours depuis des siècles à l’élevage sélectif pour donner naissance à de nouvelles et meilleures variétés de plantes et d’animaux à la croissance plus rapide et aux rendements supérieurs. Bien que ces méthodes traditionnelles requièrent le mélange de milliers de gènes, les progrès scientifiques plus récents ont placé le génie génétique au premier plan. Ces derniers ont, à leur tour, propulsé les aliments OGM à un tout autre niveau, permettant aux scientifiques de prélever des gènes très spécifiques d’un organisme vivant pour les injecter dans un autre qui ne possède pas naturellement ces caractéristiques recherchées : ce procédé s’appelle la « transgenèse ».

Cette biotechnologie a déjà eu un immense impact sur les marchés. Les États-Unis sont par exemple passés de l’introduction de leur premier aliment OGM (une tomate à maturation lente) en 1994 à un stade où plus de la moitié des aliments transformés sur les étagères des supermarchés américains contiennent des ingrédients issus du soja, du maïs ou du colza transgéniques.

Parallèlement au nombre croissant de plantes fruitières et légumières génétiquement modifiées afin de pousser davantage et plus vite et de résister aux défis, une attention accrue a été portée à l’application de cette technologie au bétail. Étant donné qu’il est relativement facile à manipuler génétiquement, le poisson a constitué une grande partie de cette recherche sur les OGM.

DISPONIBILITÉ

Ayant obtenu l’approbation de Santé Canada, une entreprise biotechnologique vend du saumon OGM au marché canadien depuis 2016. Son saumon, qui est élevé au sein d’installations terrestres, contient un gène de l’hormone de croissance prélevé sur le saumon chinook Pacifique à croissance rapide, ainsi qu’une séquence promotrice (un fragment d’ADN) issue de la loquette d’Amérique, semblable à l’anguille. C’est cette combinaison qui permet au saumon de grandir tout au long de l’année.

Cette même entreprise a également reçu le feu vert de l’United States Food and Drug Administration (FDA ou administration américaine des denrées alimentaires et des médicaments), ce qui signifie que son saumon est le premier poisson génétiquement modifié, voire le premier animal OGM, à être autorisé en vue d’une consommation humaine sur le marché des États-Unis, bien qu’il doive encore être mis à la disposition des acheteurs et clients américains.

Genetisch gemodificeerde zalm

À noter que cela a pris près de 20 ans à la FDA pour qu’elle estime que ce poisson était tout aussi sûr à consommer que le saumon non génétiquement modifié, qu’il ne représentait aucun risque pour l’environnement, qu’il ne soulevait aucun problème majeur en matière d’éthique animale et que les affirmations concernant son rendement étaient valides.

Actuellement, il est impossible de prédire la réaction générale qu’aura le marché à l’égard de ce poisson. Mais ce qui est sûr, c’est que pour commencer, la production de saumon OGM se fera à très petite échelle, notamment lorsqu’on la compare aux 2,4 millions de tonnes de saumons Atlantique produites par des systèmes aquacoles traditionnels. Néanmoins, il s’agit d’un autre pan de l’économie mondiale des produits de la mer que Pittman Seafoods surveillera de très près.

N’oublions pas qu’il y a 50 ans, le monde ne produisait que 500 tonnes de saumon Atlantique d’élevage grâce à l’aquaculture. Et si le saumon OGM se révélait être un grand succès commercial, il se pourrait qu’un certain nombre d’autres produits de la mer suivent la voie de la transgenèse.


Comments