Pittman kreeft

Petite visite chez nos producteurs de homards canadiens


Le homard est le premier produit que nous ayons commercialisé dès 1990, l’année de notre fondation. Ce crustacé constituait à l’époque le...
En savoir plus

Pourquoi est-il recommandé de manger du poisson (au moins) 2 fois par semaine ?


On a coutume de dire qu’en tant que consommateurs, nous ne mangeons pas suffisamment de poissons et de produits de la mer. Mais comment savoir ce...
En savoir plus

avantages poisson surgelé

Aperçu des nombreux avantages liés au poisson surgelé


Il existe de solides arguments prouvant que, de tous les formats alimentaires, les surgelés comptent parmi les produits les mieux adaptés à la...
En savoir plus


Pittman seafoods asia

Cerner la consommation asiatique de produits de la mer, et son impact sur le reste du monde 3 minutes

  Avr 21, 2020

Comprenant une très large gamme de produits nutritifs polyvalents, les produits de la mer jouent un rôle déterminant dans les régimes alimentaires sains de milliards de consommateurs et garantissent la sécurité alimentaire mondiale. Parallèlement, soutenus par la mondialisation et les nouvelles technologies logistiques, il s’agit également de l’un des groupes de protéines les plus commercialisés au monde, les pêcheries et notamment le secteur aquacole poursuivant l’intensification des niveaux de production afin de répondre à cette demande sans précédent.

D’après l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), la production totale a désormais largement dépassé les 170 millions de tonnes, dont  près de 20 millions sont directement destinés à la consommation humaine, ce qui a entraîné la consommation record actuelle de plus de 20 kg par personne. Il convient également de noter que, ces 40 dernières années, la consommation annuelle mondiale de poisson a augmenté chaque année deux fois plus rapidement que l’expansion démographique.

En ce qui concerne le commerce réel de produits de la mer entre les nations, grâce à la demande croissante et aux prix plus élevés, la valeur des exportations mondiales a désormais dépassé les 152 milliards d’USD. On estime également que 78 % des produits sont soumis au commerce international.

Seafood consumption Asia

Le facteur chinois

Bien que la consommation varie considérablement entre et au sein des différentes régions en raison des influences culturelles, économiques et géographiques locales, d’une manière générale, sur les 151 millions de tonnes de produits de la mer consommées dans le monde en 2016, l’Asie représentait plus des deux tiers, à savoir 106 millions de tonnes. Cela équivaut à 24 kg par personne.

En Asie, portée par une richesse et des revenus nationaux en forte croissance, la Chine est de loin le pays qui consomme le plus de poisson au monde, puisqu’elle représente 38 % du total mondial. Par conséquent, la consommation chinoise par personne a atteint près de 41 kg. Bien qu’une partie de cette demande soit assurée par la production intérieure (il s’agit du leader en aquaculture et pêche traditionnelle dont la production combinée tourne autour des 67 millions de tonnes), les consommateurs locaux ont développé une grande appétence pour les espèces et produits importés plus haut de gamme. La croissance de la production locale ayant tendance à ralentir, alors que la nation mène à bien des stratégies visant à renforcer sa responsabilité environnementale et à améliorer la qualité des produits, on s’attend à ce que le pays augmente considérablement ses importations pour répondre à la demande de son marché, tout en diminuant ses exportations.

Le défi de la peste porcine africaine (PPA) qui sévit de façon permanente en Chine impacte également de façon dramatique la demande du marché en produits de la mer et autres protéines, conséquence qui se poursuivra certainement à court et moyen terme. La PPA a entraîné le retrait de près de 10 millions de tonnes de porc des chaînes d’approvisionnement chinoises en 2019, un volume similaire étant susceptible d’être perdu cette année. La PPA se propage désormais plus loin et touche l’Asie du Sud-Est, ce qui pourrait déstabiliser les marchés (cependant dans une moindre mesure qu’en Chine).

Seafood consumption

Effet domino

La croissance de la consommation de poisson dans les pays asiatiques est essentiellement due à la combinaison de trois facteurs : un taux croissant d’urbanisation de la population, une hausse des revenus, ainsi qu’un développement spectaculaire de la production piscicole (notamment de l’aquaculture). Cette croissance a encore été renforcée par les routes commerciales internationales du poisson qui sont en expansion.

En se concentrant sur l’avenir, au-delà de la PPA et de la pandémie actuelle de  Covid-19, la FAO s’attend à ce que la part de l’Asie dans la consommation totale de poisson se maintienne à 50 % d’ici une décennie, mais augmente d’environ 8 % en termes de volume. Dans ce cadre et malgré une réduction prévue dans la production des pêches de capture du pays, la consommation chinoise de poisson par personne augmentera pour atteindre un total compris entre 48 et 51 kg d’ici 2030, par rapport à une moyenne mondiale prévue de moins de 22 kg.

La production totale de poisson ne devant atteindre que 201 millions de tonnes au cours des 10 prochaines années, bien qu’un pourcentage croissant, à savoir  90 %, soit destiné à la consommation humaine, on s’attend principalement à ce que la croissance soutenue de la demande provenant de l’ensemble des régions, mais plus particulièrement de la Chine et d’autres pays émergents asiatiques fortement peuplés, joue un rôle toujours plus déterminant en matière de stocks de produits de la mer et de prix que nous payons tous en tant que consommateurs.

 

 


Comments