Seafood expo

Venez goûter nos Premium Frozen Sushis au salon Seafood Expo !


Nous sommes heureux d’annoncer notre participation à la 27e édition du salon Seafood Expo Global (SEG) de Bruxelles. Outre nos produits...
En savoir plus

Morue de l'Atlantique

Morue de l’Atlantique et du Pacifique : des poissons différents pour un même engouement


Grâce à sa chair nacrée d’un blanc immaculé et à son goût d’une grande délicatesse, la morue est, depuis des siècles, le poisson de...
En savoir plus

Notre voyage au Vietnam


Une partie de notre approvisionnement provient du Vietnam, ce qui justifie nos fréquents déplacements en Asie du Sud-Est. Découvrez ci-après le...
En savoir plus


Conséquences de la catastrophe nucléaire de Fukishima sur la qualité du poisson 1 minute

  Août 25, 2014

Les professionnels de la pêche s’inquiètent des conséquences éventuelles du tsunami du 11 mars 2011 à Fukushima, ainsi que des conséquences écologiques de la catastrophe nucléaire qui a suivi. Quels sont les risques de contamination par les isotopes radioactifs (par exemple le Cesium-137) pour la faune aquatique en général et les poissons, mollusques et autres crustacés en particulier?

Dès l’annonce de l’accident, la Commission européenne a chargé l’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire d’accentuer ses contrôles sur les produits marins en provenance du Japon. Ceux-ci sont heureusement relativement peu nombreux. Traditionnellement, le Japon importe davantage de poisson qu’il n’en exporte. Certes, un petit nombre de délicatesses et de spécialités japonaises figurent au menu des restaurants locaux, sans qu’il soit pour autant question de poisson frais ni ne produits équivalents.

En Alaska, les autorités s’interrogent sur les dangers qui menacent les stocks de poissons, notamment de saumon et de colin d’Alaska. Les autorités américaines sont extrêmement attentives à la qualité de l’eau. En vertu de leur connaissance des courants dans l’Océan Pacifique, les scientifiques redoutent que les eaux polluées atteignent la côte ouest des Etats-Unis à la fin de cette année ou, au plus tard, en 2015. Dans ce secteur, on a constaté çà et là une légère augmentation de la radioactivité qui pourrait cependant être due à des variations naturelles de la radioactivité endémique de l’eau de mer.

Le poisson pêché à proximité immédiate des côtes japonaises pourrait être gravement pollué. Les stocks de poissons d’Alaska ne seraient toutefois pas plus menacés par cette pollution qu’ils ne le sont par l’exposition à la radioactivité liée au trafic aérien ou routier.

Pittman Seafoods a fait procéder à des tests de radioactivité sur des poissons pêchés à 1 500 kilomètres au large de Fukushima avant et immédiatement après la catastrophe. Ces tests n’ont pas démontré de façon formelle une quelconque augmentation de la radioactivité. Au contraire, on a même constaté une légère diminution. Les éléments radioactifs détectés étaient uniquement dus à la radioactivité existant naturellement dans l’océan.

Nos fournisseurs ne se sont pas contentés du dépistage effectué aux postes d’inspection frontaliers de l’Union européenne. Afin de se rassurer, ils ont pratiqué des tests de radioactivité sur les premiers poissons qui ont été pêchés après la catastrophe. Sans oublier les contrôles sanitaires permanents effectués par les autorités internationales. Jusqu’à présent, le « Rapid Alert System for Food and Feed » (RASFF) n’a publié aucune information alarmante en l’espèce.


Comments