Pittman kreeft

Petite visite chez nos producteurs de homards canadiens


Le homard est le premier produit que nous ayons commercialisé dès 1990, l’année de notre fondation. Ce crustacé constituait à l’époque le...
En savoir plus

Pourquoi est-il recommandé de manger du poisson (au moins) 2 fois par semaine ?


On a coutume de dire qu’en tant que consommateurs, nous ne mangeons pas suffisamment de poissons et de produits de la mer. Mais comment savoir ce...
En savoir plus

avantages poisson surgelé

Aperçu des nombreux avantages liés au poisson surgelé


Il existe de solides arguments prouvant que, de tous les formats alimentaires, les surgelés comptent parmi les produits les mieux adaptés à la...
En savoir plus


Qu’est-ce que GlobalGAP? 3 minutes

  Mar 01, 2017

Aujourd’hui, les consommateurs du monde entier ont impérativement besoin d’être rassurés sur le fait que les produits alimentaires qu’ils achètent sont sans danger et produits de manière responsable en termes d’impact environnemental et de santé, sécurité et bien-être des employés et des animaux. La validation de tels efforts sur la base individuelle de chaque entreprise étant extrêmement complexe, des systèmes de certification tiers sont disponibles. À cet égard, l’une des initiatives les plus reconnues au niveau international est GlobalGAP, une organisation non gouvernementale (ONG) qui fixe des normes volontaires pour la certification de produits agricoles du monde entier.

PASSÉ & PRÉSENT

Le nom GlobalGAP n’existait pas avant 2007, mais ses racines ont vu le jour 10 ans plus tôt sous le nom de EUREPGAP, une initiative mise en place par un groupe de détaillants européens afin de répondre frontalement aux préoccupations des consommateurs en harmonisant leurs propres normes et procédures à travers le développement d’un système de certification indépendant pour de bonnes pratiques agricoles (Good Agricultural Practice ou GAP en anglais).

Aujourd’hui, GlobalGAP propose 16 normes en matière de culture, de bétail et d’aquaculture et estime que plus de 160 000 producteurs primaires issus de 124 pays se soumettent à une forme ou à une autre de certification GlobalGAP. En effet, de nombreux détaillants du monde entier exigent désormais un certificat GlobalGAP valide de la part de leurs fournisseurs agricoles, horticoles et aquacoles avant de mettre leurs produits en rayon.

PRODUITS RESPONSABLES

En tant que fournisseur de produits de la mer, Pittman Seafoods connaît particulièrement bien la norme aquacole GlobalGAP. Ce système de certification a vu le jour en 2004 pour s’appliquer aux salmonidés, et s’est ultérieurement développé pour inclure d’autres espèces telles que le pangasius en 2009. EN 2011, l’ONG a lancé une norme aquacole couvrant tous les systèmes de production des poissons à nageoires, crustacés et mollusques.

Dans le cadre de son engagement pour une aquaculture responsable, Pittman Seafoods s’est assuré que la norme GlobalGAP concernant la chaîne d’approvisionnement est en place pour les espèces d’élevage concernées que la société distribue. Cette certification garantit que tout produit portant une étiquette GlobalGAP ou étant vendu comme un produit certifié GlobalGAP provient des exploitations certifiées par GlobalGAP.

NORME AQUACOLE

Couvrant toute la chaîne de production, du fourrage à la fourchette, la norme aquacole GlobalGAP fixe des critères stricts dans cinq domaines clés, à savoir le respect de la législation ; la sécurité alimentaire ; la santé, la sécurité et le bien-être des employés au travail ; le bien-être animal et la protection de l’environnement et de l’écologie. En tout, la norme comprend 66 critères environnementaux spécifiques à remplir.

La norme aquacole s’applique actuellement à 30 des espèces de produits de la mer les plus vendues dans 28 pays et concerne toute la chaîne de production, des fournisseurs de reproducteurs, de semis et de fourrage à l’agriculture, la récolte et la transformation.

CRITÈRES EN MATIÈRE DE FOURRAGE

Les aliments composés jouant un rôle essentiel dans la chaîne de production et d’approvisionnement aquacole, les pisciculteurs et crevetticulteurs doivent acheter le fourrage qu’ils utilisent lors des stades de l’élevage aquatique et de l’alevinage auprès de fournisseurs fiables. La norme GlobalGAP en matière de fabricants d’aliments composés (Compound Feed Manufacturing ou CFM en anglais) définit les critères d’assurance qualité dans le domaine de la production, la distribution et l’achat de matières premières et d’ingrédients alimentaires pour fourrage et couvre l’ensemble des étapes de production, de l’achat, la manutention et le stockage à la transformation et à la distribution des aliments composés.

LABEL CONSOMMATEUR

Puisque le nombre de consommateurs à la recherche d’informations et de conseils fiables pour acheter des produits de la mer continue d’augmenter, et qu’il devient toujours plus évident que les questions concernant l’origine et les procédés industriels ainsi que les conditions sociales et écologiques jouent un rôle toujours plus important dans l’instauration de la confiance des consommateurs et la détermination des décisions d’achat, GlobalGAP a pris la décision l’année dernière de lancer son propre label consommateur, GGN, pour fournir plus d’informations et une transparence accrue aux consommateurs lorsqu’ils achètent du poisson et des produits de la mer issus de l’aquaculture certifiée.

Le GGN, acronyme de GlobalGAP Number, identifie l’ensemble des exploitations qui participent au système de certification. Parallèlement à cette initiative, une nouvelle plateforme en ligne (www.ggn.org) a été lancée pour permettre aux consommateurs d’obtenir des informations précises sur chaque exploitation et produit utilisant le GGN. Le portail en ligne de recherche des exploitations GGN est également disponible pour d’autres normes, dont la norme Friend of the Sea qui s’est embarquée dans l’aventure depuis le début, suivie des normes Aquaculture Stewardship Council (ASC), Naturland et du logo européen « agriculture biologique ».

Lors du lancement du GGN, GlobalGAP a déclaré que cette démarche était une réponse aux demandes directes du commerce et de l’industrie qui souhaitaient, au nom des consommateurs, davantage de transparence sur l’origine et les conditions de production des aliments.


Comments