Salmon

Le casse-tête des poux de mer et de leur impact considérable sur la salmoniculture


L'élevage de saumon est un secteur très lucratif. En fournissant ce qui est devenu l'une des protéines les plus prisées au monde, le secteur...
En savoir plus

Plastic crisis ocean

Comment le secteur des produits de la mer s’attaque-t-il à la crise du plastique ?


Bien que la pandémie de COVID-19 continue à accaparer nos pensées et actions immédiates, la pollution plastique était, encore récemment, le...
En savoir plus

Korean snow crab

Le géant coréen au goût sucré issu des profondeurs


Le crabe des neiges occupe une place très spéciale dans la culture coréenne. Appelé localement « daegae », ce qui signifie littéralement...
En savoir plus


L’effet COVID : qu’est-il arrivé aux produits de la mer pendant la crise mondiale ? 3 minutes

  Fév 26, 2021

Nous avons entamé 2021 comme nous avions terminé 2020 : paralysés par la crise du coronavirus, mais plaçant tous nos espoirs dans le déploiement des nouveaux vaccins au sein d’un nombre toujours croissant de pays. Cependant, on s’attend à ce que le paysage de la consommation post-crise  (ou la « nouvelle normalité » comme on en entend déjà beaucoup parler) soit plutôt inhabituel.

Si tel est le cas, il n’y aura pas vraiment de grosse surprise. Nous devons en effet prendre en compte les changements importants ayant modifié les attitudes et valeurs des gens depuis le mois de mars dernier, lorsque l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a confirmé que la Covid-19 était une pandémie mondiale.

Tendance des consommateurs

Pour le secteur des produits de la mer, tout comme pour bien d’autres industries alimentaires au cours de la première moitié de 2020, la crise de la Covid-19 et les mesures l’ayant suivie afin de freiner l’explosion des contaminations ont entraîné des perturbations au sein d’un grand nombre de chaînes d’approvisionnement. Mais au-delà de la première onde de choc, les événements de l’an passé ont aussi fortement rapproché du poisson et des fruits de mer de nombreux consommateurs situés aux quatre coins du monde.

En tant que consommateurs, nos comportements alimentaires de consommation et d’achat ont radicalement changé l’année dernière. Les pénuries, aussi brèves que la plupart d’entre elles l’aient été, ont souligné l’importance de l’ensemble des systèmes alimentaires, ce qui a entraîné une sensibilisation, une perception et un engagement accrus concernant les produits alimentaires et les producteurs. Les produits de la mer ont été, sans l’ombre d’un doute, parmi les grands gagnants de cette situation.

Ajoutez à cela la malheureuse fermeture généralisée des restaurants et des services de restauration, ainsi que les problèmes d’approvisionnement rencontrés par certaines branches de la filière de la viande et vous obtenez des circonstances idéales pour le poisson et les fruits de mer, qui ont comblé les vides laissés par les protéines dans les magasins de détail, et ce faisant, ont offert un plus large choix de produits à un nombre croissant de consommateurs.

Fait décisif, avec toujours plus de personnes profitant de la grande variété de produits disponibles et disposant de davantage de temps libre pour pouvoir découvrir ces produits, ainsi que leurs innombrables façons d’être préparés, plusieurs marchés ont connu une forte hausse de la demande dans le commerce de détail.

Perceptions changeantes

L’intérêt du public vis-à-vis de son système immunitaire et des produits de la mer, qu’il considère comme un choix alimentaire sain, a également soutenu cette croissance. À cet égard, il convient de rappeler que, bien avant l’arrivée de la pandémie, les produits de la mer tiraient déjà avantage de l’abandon progressif et croissant de la viande rouge par les consommateurs, en empruntant à cette fin une voie ayant fait ses preuves.

La demande de poissons surgelés a particulièrement augmenté pendant la crise, de nombreuses personnes ayant réalisé leurs achats en magasin et en ligne, pensant qu’il s’agissait du choix le plus rentable et générant le moins de gaspillage. Non seulement cela a concerné les filets standard, mais la demande des consommateurs concernant les produits gastronomiques s’est également révélée importante. Les plats préparés raffinés et surgelés pouvant être facilement cuisinés à domicile reçoivent un accueil toujours plus favorable sur les marchés.

La fermeture des restaurants a également entraîné une grande évolution vers la consommation nomade, de nombreux commerces privilégiant les plats à emporter et à cuire, ainsi que les repas de famille.

Nouveaux horizons

Évidemment, les plus grandes questions auxquelles reste confronté le secteur des produits de la mer concernent l’avenir du commerce de détail une fois que la Covid-19 sera sous contrôle et que les gens auront repris leur vie trépidante. Auront-ils toujours le temps de cuisiner des produits de la mer chez eux ? Peut-on trouver des moyens de tirer parti de l’essor de la consommation à domicile ? Et bien sûr, combien de restaurants de poissons, que nous apprécions tant, rouvriront-ils ?

Mais bien que beaucoup d’incertitudes continuent de planer au-dessus de nos têtes, une chose est sûre : au milieu de tout le chaos de l’an passé, les consommateurs se sont reconnectés à ces excellents aliments et aux produits de la mer en général, avec un appétit croissant qui devrait, à son tour, permettre de faire davantage progresser la consommation et développer notre offre dans un monde ayant retrouvé une certaine normalité.

 


Comments