Pittman kreeft

Petite visite chez nos producteurs de homards canadiens


Le homard est le premier produit que nous ayons commercialisé dès 1990, l’année de notre fondation. Ce crustacé constituait à l’époque le...
En savoir plus

Pourquoi est-il recommandé de manger du poisson (au moins) 2 fois par semaine ?


On a coutume de dire qu’en tant que consommateurs, nous ne mangeons pas suffisamment de poissons et de produits de la mer. Mais comment savoir ce...
En savoir plus

avantages poisson surgelé

Aperçu des nombreux avantages liés au poisson surgelé


Il existe de solides arguments prouvant que, de tous les formats alimentaires, les surgelés comptent parmi les produits les mieux adaptés à la...
En savoir plus


Le marché européen du poisson à chair blanche restera bien fourni en 2015 2 minutes

  Mar 27, 2015

Bien que le quota de cabillauds de l’Atlantique (Gadus morhua) pêchés dans la mer de Barents ait été réduit pour la deuxième année consécutive et que le quota d’aiglefins ait été maintenu au même niveau qu’en 2014, le marché européen ne souffrira pas de pénurie de poissons à chair blanche en 2015.

La Commission mixte russo-norvégienne pour la pêche a fixé le quota de cabillauds pêchés dans la mer de Barents à 894 000 tonnes métriques pour 2015, conformément aux recommandations du Conseil international pour l’exploration de la mer (CIEM). Le total admissible des captures (TAC) a chuté de 10 % par rapport aux 993 000 tonnes métriques de l’année passée et au million de tonnes métriques record de 2013.

La Norvège représente le principal fournisseur de l’Europe en matière de cabillauds pêchés dans le nord-est de l’Arctique et exporte actuellement 99 % de ses cabillauds frais et 47 % de ses cabillauds surgelés vers l’UE. La part du pays scandinave dans le TAC actuel concernant la mer de Barents s’élève à 401 240 tonnes métriques, ce qui représente une baisse par rapport aux 443 735 tonnes métriques pêchées l’an dernier. Près de 75 % de ses cabillauds sont traditionnellement débarqués avant le 1er mai.

Cette année, l’Europe continuera également à être bien fournie en morues d’Islande. Pour l’année contingentaire 2014/2015, l’Islande a fixé un TAC de cabillauds à 218 000 tonnes métriques conformément aux nouvelles règles d’exploitation du pays (HCR en anglais). Cela représente une légère hausse par rapport à son TAC de 215 000 tonnes métriques pour l’année contingentaire 2013/2014. Les autorités de pêche islandaises s’attendent à ce que les captures restent à ce niveau pour les prochaines années.

Pittman Seafoods se fournit en cabillauds de l’Atlantique, soumis aussi bien à une simple qu’à une double congélation, en Islande, en Norvège et en Russie et propose du poisson certifié selon les normes de pêche durable du Conseil d’intendance des mers (MSC), ainsi que des produits non-certifiés.

DES QUOTAS D’AIGLEFINS PLUS RÉDUITS

En attendant, la Commission russo-norvégienne pour la pêche a fixé le TAC d’aiglefins pêchés dans la mer de Barents (Melanogrammus aeglefinus) à 178 500 tonnes métriques pour 2015, et ce pour la deuxième année consécutive. Bien que cela représente 10 % de plus par rapport aux recommandations du CIEM, il s’agit tout de même de 21 500 tonnes métriques de moins qu’en 2013 et de 139 500 tonnes métriques de moins qu’en 2012.

Le TAC d’aiglefins islandais pour l’année contingentaire 2014/2015 a été fixé à 30 400 tonnes métriques, confirmant ainsi la récente tendance à la baisse des stocks. Le TAC d’aiglefins islandais pour l’année contingentaire 2013/2014 était de 38 000 tonnes métriques, en baisse par rapport aux 44 000 et 46 000 tonnes métriques des deux années contingentaires précédentes.

Les autorités s’attendent à ce que le TAC d’aiglefins islandais subisse une baisse supplémentaire au cours des années à venir.

DES STOCKS MONDIAUX EN BAISSE

D’un point de vue global, le stock total de cabillauds de l’Atlantique chutera de 1 334 000 tonnes métriques (total de l’an dernier) à 1 233 000 tonnes métriques en 2015, selon les estimations de groupes d’experts du 23ème Annual Groundfish Forum (forum annuel sur les poissons de fond). Par la même occasion, le stock d’aiglefins baissera de 286 000 tonnes métriques (total de l’an dernier) à 278 000 tonnes métriques.

Toutefois, une autre espèce continue à gagner rapidement en popularité au sein du marché européen : le colin d’Alaska (Theragra chalcogramma). La pêche du colin d’Alaska se porte on ne peut mieux et devrait engendrer des captures mondiales dépassant les 3,3 milliards de tonnes métriques en 2015.

La plupart des colins de Pittman sont pêchés dans le nord-est et le nord-ouest du Pacifique.

Dans l’ensemble, la capture de poissons à chair blanche pêchés à l’état sauvage devrait atteindre 7 078 millions de tonnes métriques en 2015, ce qui représente une légère baisse par rapport aux estimations de capture de l’année 2014 qui s’élevaient à 7 092 millions de tonnes métriques.


Comments