Pittman kreeft

Petite visite chez nos producteurs de homards canadiens


Le homard est le premier produit que nous ayons commercialisé dès 1990, l’année de notre fondation. Ce crustacé constituait à l’époque le...
En savoir plus

Pourquoi est-il recommandé de manger du poisson (au moins) 2 fois par semaine ?


On a coutume de dire qu’en tant que consommateurs, nous ne mangeons pas suffisamment de poissons et de produits de la mer. Mais comment savoir ce...
En savoir plus

avantages poisson surgelé

Aperçu des nombreux avantages liés au poisson surgelé


Il existe de solides arguments prouvant que, de tous les formats alimentaires, les surgelés comptent parmi les produits les mieux adaptés à la...
En savoir plus


fishing trawler

INN : la guerre contre la pêche illicite continue de s’intensifier 3 minutes

  Déc 04, 2015

Les produits de la mer font partie des denrées alimentaires les plus largement commercialisées au monde, avec un total estimé à 130 milliards d’euros par an pour ce commerce. La demande en matière d’alimentation plus saine étant en hausse, les débouchés commerciaux pour le poisson augmentent également.

Malheureusement, la forte demande en matière de produits de la mer encourage également davantage la pêche illicite, non déclarée et non réglementée (INN). On estime que la valeur mondiale de la pêche INN est comprise entre 8 et 19 milliards d’euros par an. Entre 11 et 26 millions de tonnes de poissons sont pêchées de façon illégale chaque année, ce qui correspond à au moins 15 % des captures mondiales.

COÛTS & MESURES

La pêche INN appauvrit les stocks de poissons, détruit les habitats marins, fausse la concurrence, place les pêcheurs honnêtes en situation désavantageuse et déloyale et fragilise les communautés côtières, notamment dans les pays en voie de développement.

Afin de combler les lacunes qui permettent aux exploitants illégaux de tirer profit de leurs activités, les autorités européennes ont adopté, en 2010, une réglementation qui s’applique à l’ensemble des débarquements et transbordements des navires de pêche européens et de pays tiers dans les ports européens et à l’ensemble du commerce des produits de la pêche à destination de et en provenance de l’UE. Cette dernière a pour but de veiller à ce qu’aucun produit provenant d’une pêche illicite ne finisse sur le marché européen.

Afin d’y parvenir, la réglementation exige des États du pavillon qu’ils certifient l’origine et la légalité du poisson, en garantissant ainsi la traçabilité complète de tous les produits de la pêche commercialisés depuis et vers l’UE. Ces mesures visent donc à garantir que les pays respectent leurs propres lois en matière de préservation et de gestion ainsi que les lois convenues au niveau international.

NON-RESPECT

Lorsque les États du pavillon ne sont pas en mesure de certifier la légalité de leurs produits conformément aux lois internationales, la Commission Européenne entame avec eux un processus de coopération et d’assistance afin de les aider à améliorer leurs cadres et pratiques juridiques.

Les étapes de ce processus sont les suivantes : avertissements aux pays (cartons jaunes) ; cartons verts si les problèmes ont été résolus ; et cartons rouges si ce n’est pas le cas (ces derniers pouvant entraîner une interdiction de commercialisation).

Outre ce processus de certification, la réglementation a mis en place un système d’alerte européen visant à partager des informations entre les autorités douanières des États membres au sujet de cas suspects en matière de pratiques illicites.

DES EFFORTS AU NIVEAU MONDIAL

Bien que l’UE ait été le premier bloc principal à se pencher sur l’INN, elle est loin d’être la seule à se battre. La plupart des principales nations pratiquant la pêche ont désormais adopté différents plans destinés à combattre le problème à différents niveaux.

Parmi les plus récents figure la Presidential Task Force sur la lutte contre la pêche INN et les fraudes portant sur les produits de la mer, qui a défini plus tôt dans l’année une série d’objectifs généraux et à long terme pour les États-Unis :

  • Lutter contre la pêche INN et les fraudes portant sur les produits de la mer sur le plan international
  • Renforcer l’application des lois et améliorer les outils d’application des lois afin de lutter contre la pêche INN et les fraudes portant sur les produits de la mer
  • Créer et développer des partenariats avec l’administration des États et les administrations locales, le secteur privé et les ONG afin d’identifier et d’éliminer les fraudes portant sur les produits de la mer et la pêche INN sur le marché américain
  • Mettre en place un programme de traçabilité axé sur les risques afin de suivre les produits de la mer, de leur pêche à leur entrée sur le marché des États-Unis, afin d’empêcher toute entrée de produits illicites dans la chaîne d’approvisionnement et de mieux informer les détaillants et les consommateurs

Un grand nombre d’aspects positifs sont à tirer de telles initiatives et les chaînes d’approvisionnement des produits de la mer devraient être rassurées en apprenant que la situation est en train d’évoluer dans la bonne direction. Et pourtant, comme l’indiquent les chiffres concernant l’INN, un grand nombre d’exploitants ne sont toujours pas de la partie. De plus, on estime qu’un grand nombre d’entre eux ne sont pas des entreprises qui ont simplement sous-estimé les exigences de la réglementation mais qu’il s’agit bien au contraire d’entreprises bafouant volontairement les lois afin de maximiser leurs profits. À ce titre, la guerre contre l’INN va probablement durer longtemps et être compliquée.

En qualité de fournisseur principal de produits de la mer, Pittman Seafoods adopte une approche responsable en ce qui concerne la provenance de l’ensemble de ses produits. La société connaît avec exactitude l’origine de tous ses produits de la mer et s’efforce d’utiliser, dans la mesure du possible, du poisson doté d’une certification délivrée par des tiers ou d’un écolabel garantissant la pêche ou la production durable du produit.


Comments