Pittman kreeft

Petite visite chez nos producteurs de homards canadiens


Le homard est le premier produit que nous ayons commercialisé dès 1990, l’année de notre fondation. Ce crustacé constituait à l’époque le...
En savoir plus

Pourquoi est-il recommandé de manger du poisson (au moins) 2 fois par semaine ?


On a coutume de dire qu’en tant que consommateurs, nous ne mangeons pas suffisamment de poissons et de produits de la mer. Mais comment savoir ce...
En savoir plus

avantages poisson surgelé

Aperçu des nombreux avantages liés au poisson surgelé


Il existe de solides arguments prouvant que, de tous les formats alimentaires, les surgelés comptent parmi les produits les mieux adaptés à la...
En savoir plus


Deux certifications pour le saumon d’Alaska 2 minutes

  Sep 18, 2015

Le saumon d’Alaska est en quelque sorte un phénomène dans le sens où ce poisson américain emblématique, appartenant au genre Oncorhynchus, est très prisé par les consommateurs du monde entier.

Aussi demandé soit-il sur le marché, d’importantes discussions ont eu lieu au cours des dernières années quant à son homologation en matière de durabilité. Tout a commencé en 2012 lorsque huit acteurs principaux de l’industrie de la pêche en Alaska, représentant à eux seuls plus de 70 % de la pêche au saumon de l’État, ont déclaré qu’ils ne chercheraient plus à obtenir de certification de la part de l’organisme de certification tiers du Conseil d’intendance des mers (MSC), arguant que cela était devenu trop coûteux. Ils ont également remis en cause la solidité du programme.

En même temps, l’Alaska Seafood Marketing Institute (ASMI) a commencé à mettre en avant un nouveau programme, qui n’était pas associé au MSC et portait le nom de système de certification Global Trust Responsible Fisheries Management (RFM), basé sur l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). Bien qu’un petit groupe de transformateurs et de pêcheurs ait continué à tenter d’obtenir la certification MSC pour le saumon d’Alaska, la grande majorité d’entre eux ont décidé de se retirer et se sont prononcés en faveur du contre-programme RFM.

RÉACTIONS INITIALES

La décision de s’éloigner du programme MSC il y a trois ans a plongé de nombreux marchés dans le doute, étant donné que certains des principaux détaillants et transformateurs insistaient à l’époque sur une certification MSC.

Cependant, suite à un examen attentif, ces entreprises ont infléchi leur jugement, en déclarant qu’elles restaient satisfaites de l’état des pêches et en reconnaissant également que chaque marché avait ses propres préférences en matière de certification et qu’il était plus important d’offrir du choix à leurs clients.

CHANGEMENT GLOBAL

En avril de cette année, plusieurs transformateurs de saumon d’Alaska ont décidé de rejoindre le programme MSC. Bien que les raisons de ce revirement ne soient pas encore connues, on estime qu’elles doivent être dues en partie aux quantités inhabituellement élevées de saumons sauvages attendues dans les fleuves d’Alaska en cette saison et à l’abondance de poissons surgelés et en conserve de la dernière saison. En même temps, le dollar américain s’est apprécié, rendant les produits américains relativement plus chers pour les clients étrangers.

Cependant, afin d’avancer, la Pacific Seafood Processors Association (PSPA) et l’Alaska Salmon Processors Association (ASPA) ont récemment convenu de transférer le certificat de durabilité MSC pour le saumon d’Alaska de l’ASPA à la PSPA. Cette initiative rendra le certificat disponible à l’ensemble des entreprises productrices de saumon d’Alaska intéressées à partir de 2016.

L’ASPA et la PSPA ont convenu que ce transfert avait été réalisé dans le meilleur intérêt de l’industrie et répondrait à la nécessité des deux groupes de clients MSC de représenter la même pêcherie. Cet accord garantit également que tous les producteurs de saumon d’Alaska auront le choix d’offrir du saumon certifié durable au marché mondial en provenance aussi bien du MSC que du programme de durabilité RFM d’Alaska.

DURABILITÉ CONSTANTE

Il est important de souligner qu’au cours de toutes ces querelles compliquées, la durabilité des pêcheries d’Alaska n’a jamais été remise en question et que la gestion solide et scientifique des pêcheries de saumon a toujours été maintenue.

Depuis qu’il a obtenu son indépendance, il y a 57 ans de cela, l’Alaska a été chargé de gérer ses ressources naturelles à un niveau durable et abondant et il s’agit du seul et unique État des États-Unis à posséder des lois de conservation au sein de sa Constitution. En tant que telle, la durabilité du saumon emblématique d’Alaska est essentielle pour le tissu économique et social de l’Etat.

Bien entendu, la bonne nouvelle, c’est que les consommateurs du monde entier pourront continuer à avoir un accès complet au saumon sauvage d’Alaska, l’un des produits de la mer les plus durables au monde.


Comments