La prolifération d’algues frappe le Chili : quelles conséquences pour le commerce du saumon d’élevage ? 3 minutes


Il a été largement fait état d’une prolifération d’algues toxiques (HAB en anglais) ayant causé la mort de millions de saumons Atlantique...
En savoir plus

Saumon atlantique d’élevage : succès mondial, mais baisse de la production en raison des poux de saumon 3 minutes


En tant que produit de consommation, très peu de produits de la mer sont en mesure de rivaliser avec le saumon atlantique d'élevage (Salmo salar)...
En savoir plus

aquaculture

FAO : le stock mondial de poissons d’élevage bat celui des poissons sauvages 3 minutes


L'aquaculture continue de jouer un rôle toujours plus important dans l'approvisionnement mondial en produits de la mer. Effectivement, 2014 a...
En savoir plus


Pittman trip Canada

Notre visite au Canada 3 minutes

  Août 06, 2018

À l’origine de notre histoire, il y a le homard canadien qui, aujourd’hui encore, demeure l’un des produits phares de notre assortiment. Chaque année, dès l’ouverture de la pêche, notre acheteuse Jennifer Vermeiren (parfois accompagnée par des collègues du service commercial ou du département contrôle qualité) rend visite à l’ensemble de nos fournisseurs de homards.  

Au mois de mai de cette année, Jennifer s’est rendue au Nouveau-Brunswick, ainsi que dans l’Île-du-Prince-Édouard, le berceau de l’industrie canadienne du homard

La première étape du voyage eut lieu sur l’Île-du-Prince-Édouard (en anglais Prince Edward Island, généralement abrégé en PEI), un territoire accessible via un pont de 12,9 kilomètres, baptisé « Pont de la Confédération ». D’une superficie de 5 660 km2, soit cinq fois et demi moins que la Belgique, l’Île-du-Prince-Édouard est une province de l’est du Canada située au milieu du golfe du Saint-Laurent, là où la saison du homard bat son plein entre le 1er mai et le 30 juin.

Le premier jour, nous avons d’abord rendu visite à l’usine Royal Star, notre producteur de homard cuit et de homard sous glace. Royal Star est une coopérative de 175 actionnaires, tous pêcheurs autochtones. Qualité et durabilité, tels sont les mots d’ordre de cette entreprise.

Francis, le directeur général de la coopérative Royal Star, est un pêcheur dans l’âme. Initié au métier par son père, il a, à son tour, transmis le flambeau à son propre fils il y a quelques années. Il semble parfaitement satisfait et heureux. La saison a démarré sur les chapeaux de roues. La pêche est abondante et le homard connaît à nouveau un très fort engouement cette année.

Nous parcourons l’usine qui, depuis quelques années, est certifiée BRC. Les investissements ininterrompus et les innombrables rénovations ont porté leurs fruits. L’usine ayant reçu une grande quantité de marchandises, il y règne un climat d’intense activité. Cependant, grâce à une organisation parfaite et à un personnel extrêmement expérimenté, tout se déroule sans encombres. Nous pouvons dormir tranquilles : la coopérative apporte le plus grand soin à la préparation de nos commandes.

Le lendemain, nous nous sommes rendus dans l’entreprise Seafood 2000, située à la pointe opposée de l’île. La première chose que nous découvrons à notre arrivée, ce sont les petites embarcations artisanales, ainsi que les homards vivants posés en vrac sur le quai longeant l’usine. C’est également ici que, grâce à l’achat d’une machine UHP et de quelques lignes d’emballage, tout a commencé pour Gourmet Chef Packers, notre fournisseur de homard UHP. Son expertise en matière de technologie UHP lui a permis de s’imposer d’emblée sur le marché japonais. L’exclusivité accordée à Pittman Seafoods a été le point de départ de l’aventure européenne, tandis que l’intérêt pour ses produits allait également grandissant sur le marché national. Malgré l’acquisition d’une deuxième machine UHP, la capacité de l’usine s’est rapidement révélée insuffisante, au point qu’il a fallu construire une deuxième et, tout récemment, une troisième usine. Ces deux usines sont implantées sur le continent, dans la province canadienne du Nouveau-Brunswick.

Toutes ces usines sont équipées de machines UHP (ultra haute pression), une technologie révolutionnaire permettant de transformer sous haute pression le homard vivant, tout en respectant le bien-être animal. La technologie UHP permet de détacher la chair de homard de la carapace tout en laissant l’essentiel de la chair intact. Il en résulte une incomparable facilité d’utilisation, ainsi qu’un produit de qualité supérieure, pratiquement comparable au homard non traité. Il existe une grande variété de spécifications et de conditionnements, allant du homard entier aux queues de homard en vrac, en passant par les demi-homards et par la chair de homard, emballés individuellement (skinpacks) ou sous vide.

Les usines UHP respectent les normes de qualité les plus strictes et sont certifiées BRC et/ou SQF. Toutes arborent également fièrement le logo MSC. Le développement durable est au cœur des préoccupations de l’industrie du homard. C’est la raison pour laquelle nous prenons continuellement des mesures visant à améliorer la durabilité. Ainsi, cette année, nous avons augmenté la taille minimale de capture. Résultat : une disparition progressive du homard de 275 grammes et une raréfaction du homard de 300 grammes.

La durabilité ne se limite pas au seul homard mais concerne l’ensemble de l’écosystème, faune et flore confondues. Depuis l’année dernière, on constate régulièrement la présence dans les zones de pêche de cétacés de l’espèce « baleine franche » qui, souvent, sont coincés dans les lignes ou les pièges à homards. Cette baleine faisant partie des espèces les plus menacées de la planète, un certain nombre de zones de pêche ont été fermées cette année, ce qui a débouché sur un arrivage limité de homards en provenance de régions spécifiques.

Le dernier jour, nous avons visité Knocean Foods Ltd, une entreprise fondée conjointement par Gourmet Chef Packers et Seafood 2000. Il s’agit d’une usine de produits artisanaux dérivés à valeur ajoutée (fonds, potages et sauces à base de homard). Préparés avec des ingrédients naturels de qualité, ces produits ne contiennent ni additifs, ni numéros E, ce qui est en parfaite adéquation avec les principes prônés par Pittman Seafoods et par ses fournisseurs locaux.

 


Comments