La prolifération d’algues frappe le Chili : quelles conséquences pour le commerce du saumon d’élevage ? 3 minutes


Il a été largement fait état d’une prolifération d’algues toxiques (HAB en anglais) ayant causé la mort de millions de saumons Atlantique...
En savoir plus

Saumon atlantique d’élevage : succès mondial, mais baisse de la production en raison des poux de saumon 3 minutes


En tant que produit de consommation, très peu de produits de la mer sont en mesure de rivaliser avec le saumon atlantique d'élevage (Salmo salar)...
En savoir plus

aquaculture

FAO : le stock mondial de poissons d’élevage bat celui des poissons sauvages 3 minutes


L'aquaculture continue de jouer un rôle toujours plus important dans l'approvisionnement mondial en produits de la mer. Effectivement, 2014 a...
En savoir plus


Les ZMP et les avantages potentiels pour les amoureux des produits de la mer 3 minutes

  Mai 03, 2018

Bien souvent, lorsque les médias parlent de nos océans, c’est pour en souligner les aspects négatifs tels que la pollution, la destruction des habitats, le changement climatique et la surpêche ou la pêche illicite. La liste est vaste et quelque peu lugubre. Et pourtant, même s’il est vrai qu’il existe de nombreux défis qui menacent certaines mers et régions côtières et qui devraient nous préoccuper en tant que citoyens responsables, on compte également bon nombre d’actions positives mises en place et de résultats prometteurs qui peuvent nous offrir un peu de consolation tandis que nous entamons l’année 2018.

C’est incontestable : l’influence et l’efficacité croissantes des objectifs de durabilité constituent l’un des principaux moteurs du changement en mer, aussi bien sous que sur l’eau, les pêcheries et chaînes d’approvisionnement en produits de la mer tirant particulièrement avantage de ces efforts. En effet, le souhait des parties prenantes (à tous les niveaux et de toutes parts) de s’inscrire dans la durabilité a apporté de nombreuses mesures progressistes en matière de gestion et de contrôle. Associée à des outils de traçabilité renforcés qui sont en mesure de localiser les produits du bateau à la table, aux bonnes pratiques et à des systèmes améliorés d’enregistrement des données, l’économie des produits de la mer ne cesse de devenir plus saine.

PROTECTION DE L’ÉCOSYSTÈME

En termes de gestion, les zones marines protégées (ou ZMP) se révèlent efficaces pour offrir une protection aux étendues d’eau potentiellement vulnérables. À ce titre, il existe dans le monde plus de 15 000 ZMP.

Les ZMP comprennent plusieurs niveaux de restriction, allant de l’utilisation durable ou de la protection uniquement réservée à certaines espèces aux « zones de non-pêche » au sein desquelles toute forme d’exploitation est interdite. Toutefois, d’un point de vue collectif, ce sont des étendues préservées d’océans, de mers et de côtes qui ont été identifiées comme importantes pour la faune aquatique, les habitats, le patrimoine culturel ainsi qu’à des fins de pêche.

Le principal objectif d’une ZMP est de protéger la biodiversité à travers la sauvegarde, y compris en renforçant la résistance des écosystèmes marins face aux influences extérieures. Parallèlement, il a été constaté que si elles font l’objet d’une bonne gestion, les ZMP peuvent contribuer à maintenir la productivité des pêcheries écologiques et à sauvegarder les stocks de bon nombre de produits de la mer que nous apprécions, principalement en offrant un milieu au sein duquel les poissons et crustacés peuvent se développer aussi bien en taille qu’en nombre, pour finir par s’étendre dans des zones situées en dehors de la ZMP.

Ceci résulte en grande partie d’une interdiction des engins de pêche destructeurs ainsi que d’un renforcement du suivi, du contrôle et de la surveillance pour empêcher des activités telles que la pêche illicite, non déclarée et non réglementée (INN).

UN OUTIL PARMI D’AUTRES

Bien que les ZMP devraient servir à protéger les zones à risque, il est également légitime de se préoccuper du fait que la fermeture d’un nombre croissant de vastes étendues d’océan pourrait s’avérer extrêmement coûteuse pour les entreprises de pêche et celles qui dépendent du secteur de la pêche. La pêche commerciale jouant un rôle essentiel dans les moyens de subsistance, la culture et la société d’innombrables communautés côtières, la principale inquiétude réside dans le fait que si les ZMP sont établies sur une trop grande échelle et sans que des consultations suffisantes ne soient conduites sur les impacts potentiels qu’elles ont sur la société et l’économie, ces zones pourraient alors souffrir de graves répercussions à long terme.

Fait décisif, on a également la preuve que de nombreux stocks de poissons provenant de différentes régions (de l’Amérique du Nord à l’Europe, en passant par l’Océanie et sans oublier de nombreuses zones entre ces continents) sont reconstitués avec succès à travers une gestion traditionnelle de la pêche plutôt qu’à travers des mesures de conservation.

Il est donc fort probable que les ZMP ne soient pas « la » réponse à la sauvegarde des ressources dans les océans. Mais si elles sont utilisées avec prudence et associées à des outils de gestion responsable, elles pourront sans aucun doute contribuer à augmenter la productivité de nombreuses pêcheries. Cela nous offrirait le résultat que nous recherchons tous : davantage de produits de la mer durables dans nos assiettes et une meilleure protection de notre milieu marin.


Comments