La prolifération d’algues frappe le Chili : quelles conséquences pour le commerce du saumon d’élevage ? 3 minutes


Il a été largement fait état d’une prolifération d’algues toxiques (HAB en anglais) ayant causé la mort de millions de saumons Atlantique...
En savoir plus

Saumon atlantique d’élevage : succès mondial, mais baisse de la production en raison des poux de saumon 3 minutes


En tant que produit de consommation, très peu de produits de la mer sont en mesure de rivaliser avec le saumon atlantique d'élevage (Salmo salar)...
En savoir plus

aquaculture

FAO : le stock mondial de poissons d’élevage bat celui des poissons sauvages 3 minutes


L'aquaculture continue de jouer un rôle toujours plus important dans l'approvisionnement mondial en produits de la mer. Effectivement, 2014 a...
En savoir plus


Homard

Nouvel accord commercial de l’UE visant à stimuler les stocks de homards du Canada 3 minutes

  Mar 06, 2018

Le homard est l’un des produits de la mer les plus précieux et le plus exportés du Canada. On estime sa valeur à plus de 2,1 milliards de CAD (soit 1,4 milliard d’euros). Bien que près des trois quarts de la pêche soient traditionnellement exportés vers les États-Unis, on constate ces dernières années un intérêt croissant des pays asiatiques pour ce crustacé particulièrement recherché. C’est toutefois l’Europe qui offre désormais le plus de possibilités en termes de croissance des ventes à l’étranger, grâce au nouvel accord de libre-échange mis en place par le Canada avec l’UE, lequel supprime les droits de douane sur les ventes de homards au sein des marchés des 28 États membres.

L’accord économique et commercial global entre le Canada et l’Union européenne, ou CETA, qui est entré en vigueur en septembre de l’année dernière, a immédiatement supprimé les droits de douane de 8 % sur les exportations de homards vivants vers l’Europe et supprimera progressivement les droits de douane sur les homards vendus sous forme congelée et transformée dans les trois à cinq prochaines années.

TENDANCE À LA HAUSSE

En dépit du fait qu’elle soit le plus gros consommateur de produits de la mer au monde, l’UE est traditionnellement un marché relativement modeste pour les homards du Canada. Cependant, le commerce a connu une forte croissance au cours des dernières années, enregistrant une hausse en termes de valeur de près de 88 millions de CAD (soit 57,7 millions d’euros) en 2013 à plus de 192 millions de CAD (soit 125,9 millions d’euros) en 2016.

Sans surprise, le CETA présente des débouchés commerciaux supplémentaires pour les producteurs canadiens. On estime également qu’il pourrait potentiellement désavantager les concurrents américains du secteur des crustacés, mais pour le moment, il est trop tôt pour déterminer quels seront les effets à long terme des nouvelles dispositions sur l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement des crustacés.

UNE BONNE ANNÉE

Bien que le Maine soit, pour Pittman Seafoods, une importante source de homards certifiés durables, la plupart de nos homards proviennent de la pêche au casier à homards de l’île du Prince-Édouard (PEI). Cette pêcherie comprend deux brèves saisons de pêche, notre préférence allant vers l’approvisionnement en homards issus de la saison printanière car ils ont tendance à posséder une carapace dure et à présenter une teneur en chair plus élevée.

En 2017, les deux saisons de l’île du Prince-Édouard se sont heurtées à des difficultés, mais elles ont pourtant enregistré des résultats positifs, produisant conjointement des débarquements équivalant à 36,4 millions de livres (soit 16 511 tonnes) et à une valeur de 226 millions de CAD (soit 148,2 millions d’euros) au débarquement.

DURABILITÉ

La pêcherie de homards de l’île du Prince-Édouard exporte ses produits aux quatre coins du monde depuis les années 1870 et est largement considérée comme l’une des pêcheries de homards les plus emblématiques du Canada. En tant que telle, la sauvegarde du milieu marin constitue son objectif principal. En 2014, la pêcherie a obtenu la certification Conseil d’intendance des mers (MSC). Les pêcheurs de l’île sont également soumis à des restrictions concernant le nombre de casiers à homards qu’ils peuvent utiliser et les casiers doivent être équipés de panneaux biodégradables visant à éviter toute pêche involontaire par le matériel de prise de homards perdu en mer.

Parmi les autres initiatives de conservation, citons la remise à l’eau de l’ensemble des homards n’ayant pas la taille requise, des homards femelles portant des œufs ainsi que des femelles présentant une taille optimale pour la reproduction. Il existe également des plans de durabilité à long terme tels que les programmes de rachat des homards qui réduisent la taille de la flotte et l’effort de pêche.

VARIÉTÉ DE PRODUITS

Pittman Seafoods achète des homards pour les distribuer en Europe, le Benelux, l’Allemagne et la France constituant ses principaux marchés. La majeure partie du volume part traditionnellement vers les chaînes de magasins présentes dans ces pays, mais nous fournissons également des entreprises de restauration qui vendent ensuite les produits au secteur des restaurants. Certains volumes de homards finissent également chez des clients fabricants de farine.

Nous proposons essentiellement deux produits très différents : premièrement, le homard entier cuit et surgelé, qui est principalement vendu aux commerces de détail en tant que produit de base et qui est le produit le mieux implanté et le plus traditionnel. Deuxièmement, le homard à ultra-haute pression (UHP), traitement au moyen duquel l’ensemble de la chair de homard est extraite immédiatement et en entier pour obtenir un produit cru haut de gamme.

Nous avons découvert que l’UHP rencontrait toujours plus de succès auprès du secteur de la restauration. Cela est dû en grande partie au fait que les homards UHP offrent aux cuisines professionnelles une alternative haut de gamme à la manipulation des produits vivants, tout en évitant les coûts et les risques inhérents au transport de homards vivants, qui comprennent la mortalité et la baisse de la qualité en raison du stress. De plus, comme les autorités suisses  interdiront de plonger des homards vivants dans l’eau bouillante à partir du mois de mars de cette année, les homards UHP se présentent comme une solution efficace et immédiatement commercialisable pour les chefs.


Comments