La prolifération d’algues frappe le Chili : quelles conséquences pour le commerce du saumon d’élevage ? 3 minutes


Il a été largement fait état d’une prolifération d’algues toxiques (HAB en anglais) ayant causé la mort de millions de saumons Atlantique...
En savoir plus

Saumon atlantique d’élevage : succès mondial, mais baisse de la production en raison des poux de saumon 3 minutes


En tant que produit de consommation, très peu de produits de la mer sont en mesure de rivaliser avec le saumon atlantique d'élevage (Salmo salar)...
En savoir plus

aquaculture

FAO : le stock mondial de poissons d’élevage bat celui des poissons sauvages 3 minutes


L'aquaculture continue de jouer un rôle toujours plus important dans l'approvisionnement mondial en produits de la mer. Effectivement, 2014 a...
En savoir plus


Craquez pour le saumon du Pacifique 4 minutes

  Août 31, 2015

Parmi les six espèces de saumon sauvage que compte l’océan Pacifique, cinq sont prisées par les pêcheurs nord-américains : le King, le Sockeye, le Silver, le Pink et le Chum. Ceux-ci font l’objet de pêches commerciales opérées le long de la côte ouest, de l’Alaska à la Californie. Si ces pêches sont parmi les plus emblématiques des États-Unis, leur caractère sauvage a pour effet de faire fluctuer considérablement les niveaux de prises d’une saison à l’autre. Toutefois, de façon générale, les dernières années se sont avérées très prolifiques en termes de capture.

Dans son dernier rapport annuel « Fisheries of the United States 2013 », la NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration) révèle que le total des débarquements de saumon correspond à plus d’un milliard de livres (453 592 tonnes), soit une augmentation de 68 % par rapport à 2012, ce qui constitue un nouveau record. Cette année-là, l’Alaska, dont les prises représentent 80 % du saumon capturé en Amérique du Nord, a réalisé le plus gros débarquement de son histoire, avec pas moins de 272 millions de poissons.

UNE PLÉTHORE DE NOMS

Les espèces de saumon du Pacifique sont très proches les unes des autres, mais chacune affiche un profil de saveur et de texture différent. Et pour corser le tout, chaque espèce porte au moins un autre nom ainsi qu’un nom latin.

King/Chinook (Oncorhynchus tschawytscha) – Il s’agit du plus gros et du plus prisé des saumons du Pacifique. Sa teneur en graisse est très élevée et il dispose d’une chair riche dont la couleur va du blanc au rouge rubis. Les stocks proviennent de rivières, du centre de la Californie au nord-ouest de l’Alaska, et sont récoltés dans leur habitat (océan ou rivière).

Sockeye/Rouge (Oncorhynchus nerka) – Une espèce qui se distingue par sa chair rouge-orange vif et sa saveur profonde et riche. On l’appelle également saumon « rouge » à la fois en raison de la couleur de sa chair et du fait que sa couleur vire de l’argent au rouge lorsqu’il remonte le courant pour frayer. Il s’agit de l’espèce américaine la plus chère, pêchée principalement en Alaska.

Coho/Argenté (Oncorhynchus kisutch) – Le Coho est parfois appelé « saumon argenté » ou « Silver » en raison de l’éclat de sa peau. Il possède une chair rouge vif et une texture légèrement plus délicate que celle du saumon Chinook, mais une saveur identique. Les pêcheries d’Alaska fournissent au marché mondial la majeure partie du saumon Coho.

Rose/À bosse (Oncorhynchus gorbusha) – Il s’agit de l’espèce de saumon du Pacifique la plus abondante. C’est aussi l’une des plus petites. Elle possède une chair très claire et peu parfumée et affiche une teneur en graisse peu élevée. La saumon rose est souvent mis en conserve mais se vend également frais, surgelé et fumé. On l’appelle parfois « saumon à bosse » en raison de la bosse dorsale qu’il développe lorsqu’il fraie. Cette espèce représente presque la moitié du saumon pêché en Alaska.

Chum/Kéta/Chien (Oncorhynchus keta) – Le Chum est également appelé « saumon-chien » en raison de ses dents proéminentes comparables à celles d’un chien, ou « kéta », une partie de son nom d’espèce. Sa chair est pâle à moyennement colorée et sa teneur en graisse est inférieure à celle des autres saumons. Le Chum est un saumon moins huileux, principalement pêché en Alaska. Il est généralement mis en conserve ou vendu surgelé.

SENSIBLE À L’ENVIRONNEMENT

Les saumons du Pacifique vivent dans l’océan mais naissent et se reproduisent dans des rivières et ruisseaux d’eau douce. Ils sont donc sensibles à différents facteurs de stress naturels et anthropiques, sur terre comme dans l’océan. L’évolution des conditions océaniques et climatiques, la perte d’habitat résultant de la construction de barrages et du développement urbain et la dégradation de la qualité de l’eau liée aux pratiques agricoles et d’exploitation forestière ne constituent que quelques-uns des facteurs ayant exercé un impact négatif sur les populations de saumon sauvage.

En ce qui concerne le saumon, la gestion de l’impact sur l’habitat importe tout autant que la gestion des récoltes. En effet, la qualité de l’habitat du saumon influe sur l’abondance de celui-ci, et la profusion de saumon détermine la quantité de poisson pouvant être récoltée par les pêcheurs commerciaux, récréatifs et de subsistance.

Afin de garantir leur durabilité, de nombreux efforts de conservation ont été consentis, tels que l’élevage en captivité dans des écloseries, la suppression et la modification des barrages empêchant la migration des saumons ainsi que la restauration des habitats détériorés.

PRÉVISIONS POUR L’ALASKA

Pour la saison 2015, l’Alaska prévoit à nouveau une très importante montaison de saumon. Selon les estimations du ministère de la Pêche et de la Chasse de l’Alaska, le total des prises de saumons devrait atteindre 220,9 millions d’unités, dont 140,3 millions de saumons roses, 58,8 millions de saumons Sockeye, 4,6 millions de saumons Coho et 17,2 millions de saumons Chum.

La prise projetée de saumon rose dépasse de 46 % celle de la récolte 2014. En outre, la récolte projetée de saumons Sockeye devrait excéder de 33 % celle de 2014 alors que la récolte de saumons Chum devrait, quant à elle, connaître une augmentation de 52 % par rapport à l’année dernière.

La majeure partie du saumon pêché en Alaska est vendue aux États-Unis, même si les exportations vers l’Europe sont également considérables. Pittman Seafoods vend à la fois du saumon du Pacifique certifié et non certifié MSC.


Comments